Courir en plein air

Pour certaines la course à pied est depuis toujours une évidence mais pour d’autres comme moi c’est plutôt un parcours du combattant !

La course à pied et moi ça n’a pas vraiment tout le temps été l’amour fou. Ça a tout d’abord commencé au collège et au lycée : Lorsqu’on avait le choix j’essayais toujours de prendre des combinés où j’évitais tous les sports d’endurance et de vitesse. Mais je n’ai pas pu y échapper car l’athlétisme a fini par être obligatoire. Je me retrouvais alors comme tout le monde autour d’un stade à essayer de me surpasser et surtout de passer au dessus des regards que je pensais être posés sur moi parce que je n’avais aucune endurance et que j’étais ronde " la petite grosse qui galère quoi " !
Du coup j’ai toujours associé le running à un calvaire. Puis en grandissant je me suis inscrite à la salle de sport pour m’entretenir et perdre du poids. J’ai commencé à courir sur un tapis et j’ai pris du plaisir ; D’une part parce que j’étais seule et que personne ne me regardait mais aussi parce que je n’avais pas à penser à mon allure qui était fixe grâce au tapis. Malgré ça, impossible pour moi de courir en plein air : Blocage total et impossible de trouver une solution à mon problème ! Je n’arrivais pas à me fixer un rythme, à ressentir du plaisir, je m’ennuyais très vite et je m’arrétais après 5 minutes maximum de course.

Puis le déclic est arrivé ! 
Après mon accouchement, en mars 2015, j’avais pris 4 kilos que je souhaitais reperdre rapidement avant l’été. Je n’étais pas inscrite à une salle de sport et je mourrais d’envie d’aller courir. Après 9 mois enceinte puis 2 mois de rééducation post accouchement sans pouvoir me dépenser, je rêvais de courir dans tous les sens sous la pluie, de sauter dans la boue et de courir trop vite jusqu’à n’en plus pouvoir. Alors, une fois mon périnée bien accroché grâce à la rééducation et suite au feu vert de mon médecin, j’ai enfilé mes baskets et je suis partie courir en plein air. Mais entre le rêve et la réalité il y a un monde ! Je m’en souviens comme si c’était hier : J’en ai clairement bavé mais mon mental s’était bien endurci avec la grossesse : " J’étais maman et j’avais accouché quelques mois avant sans avoir vraiment souffert, j’avais géré les contractions alors à force de me dire que " j’en étais capable " j’ai dépassé la douleur et j’ai enfin réussi à courrir en plein air une vingtaine de minutes : Ma première victoire !
J’avais donc bel et bien trouvé la solution à mon problème : le Mental ! 
Aujourd’hui la course à pied m’apporte ce que je ne retrouve dans aucun autre sport : Mentalement et physiquement. 

Si vous n’avez pas encore accouché et que vous n’avez pas cet argument pour vous surpasser je vais tenter de vous donner quelques conseils qui auraient peut-être pu m’aider à l’époque où j’avais tant envie de courir en plein air mais que je n’y arrivais pas :
– COURIR À SON RYTHME : Tout le monde est capable de courir à son rythme et de prendre du plaisir. La course à pied c’est hyper ingrat, un jour vous allez vous sentir bien et l’autre pas, sans explication. Trouvez alors une difficulté que vous avez surmontée et gardez la en mémoire lorsque les petites douleurs vous traversent la tête et le corps. Dites vous que c’était quand même bien pire que ce que vous êtes entrain de vivre et pensez à autre chose pour vous rendre finalement compte que cette mauvaise sensation est passée. Comme moi commencez par courir sur des courtes distances en faisant des séances de moins de 20 minutes. Vous pourrez ainsi rallonger le chemin au fur et à mesure de vos entraînements selon l’état dans lequel vous vous trouverez.
– Avec ou sans LA MUSIQUE ? J’ai toujours couru avec de la musique dynamique. D’une part parce que j’aime ça mais aussi parce que c’est motivant ! Je pensais que c’était un point essentiel pour continuer à courir en plein air. A tel point que quand mon chéri venait courir avec moi je mettais mes écouteurs et je le laissais parler tout seul. (Chut il faut pas lui dire ! ). Finalement petit à petit on a commencé à échanger quelques mots puis des conversations et je me suis rendu compte que les tempos changeants des différentes musiques ne m’aidaient pas forcément à garder un rythme régulier. Et puis si vous courez en pleine nature c’est aussi super agréable d’écouter les bruits des paysages qui vous entourent.
– Courir seule ou accompagnée ? Pour ma part j’ai préféré commencer à courir seule afin de prendre conscience que j’en étais capable et de savoir quel était mon rythme. Seule ou presque puisque je suis toujours accompagnée de ma fidèle acolyte, Hayka (ma chienne) ! Elle me fait passer le temps à courir dans tous les sens et à s’amuser à faire la course avec moi ( elle sait qu’elle gagne toujours ! ). Puis petit à petit j’ai vraiment pris du plaisir à aller courir avec mon chéri qui s’adapte à mon rythme et m’aide à aller un peu plus loin parfois. Je n’ai jamais suivi de programme d’entrainement. Jusque là je n’ai jamais cherché à savoir combien de temps je courais, à quelle allure etc. Je cours simplement parce que ça me fait un bien fou et que c’est bon pour le souffle et donc pour le surf.
– Choisir son terrain de jeu : Je déteste tourner en rond. Le seul endroit où je tourne en rond c’est autour du lac d’Hossegor d’une part parce que c’est vraiment magnifique et que les lumières toujours différentes selon l’heure de la journée et la météo mais aussi parce qu’il y a plein de choses à regarder (comme les maisons fermées pour celles qui me suivent sur Instagram live) et que le temps passe ainsi plus vite ! Autrement j’essaie de partir courir sur des chemins qui varient et souvent je privilégie de beaux paysages comme la forêt ou la plage à marée basse. Mais je sais que tout le monde n’a pas cette chance ! 
– S’équiper :
° Une montre spécialisée : Au delà de tout l’aspect technique qui vous permet d’analyser vos performances, elle vous permettra avant tout de trouver votre rythme grâce au cardio. A force de courir vous découvrirez votre rythme et votre fréquence idéale pour pratiquer la course à pied.
Anne Laure qui tient le blog Bonjour Darling vous aide d’ailleurs à bien choisir votre montre parmi trois modèles testés PAR ICI.
° Acheter de bonnes baskets : Avant d’avoir l’idée de vous écrire sur ce sujet je voulais vous faire un sujet sur " comment bien choisir ses baskets pour courir ? ". Mais je pense que c’est un sujet technique sur lequel je préfère me perfectionner avant de vous dire ce que vous savez déjà !
C’est quoi des " bonnes chaussures de running " ? En ce moment, j’ai la chance d’essayer plusieurs paires de la marque ON. C’est une amie qui travaille dans l’industrie qui m’a conseillée de me diriger vers cette marque ultra performante basée en Suisse et je n’ai pas été déçue ! Quand je les ai contactés et que je leur ai demandé comment bien choisir ses chaussures, Maxine m’a répondu : " Chez On nous croyons fortement que votre corps vous donne la réponse. Portez des chaussures dans lesquelles vous vous sentez à l’aise. C’est toujours à propos du confort. Écoutez vos pieds ( même si c’est pas facile ) et ils vous diront quelle chaussure est la meilleure pour vous. C’est d’ailleurs toujours mieux d’acheter des chaussures pour la course à pied sur consultation. "
Pour ma part je teste le modèle ultra light LA CLOUD que vous voyez sur les photos. Le site de la marque est super bien fait et vous retrouverez toutes les caractéristiques techniques des chaussures. J’ai choisi ce modèle car La Cloud est la chaussure à l’amorti le plus léger du monde et est conçue pour les coureurs qui préfèrent une chaussure minimale avec un maximum d’amorti. Pour ma part j’adore les chaussures légères, ça vous procure un sentiment de liberté ! " La semelle brevetée CloudTec® est composée d’une mousse extrêmement légère, souple et réactive. Les rainures de flexion procurent un mouvement naturel et une souplesse extrême. " C’est un modèle plutôt adapté pour la course à pied en ville. La chaussure est livrée équipée d’élastiques (des lacets sont également fournis dans la boite) ce qui permet un maintien optimal du pied. Cependant lors des deux trois premiers entrainements vous trouverez peut-être comme moi que votre pied est compressé dans votre chaussure. Mais l’élastique se détend et la chaussure ne fait plus qu’un avec votre pied.
 Comme je cours beaucoup sur chemin, je vais tester un second modèle Cloudventure plutôt adapté aux entrainements en forêt pour des conditions plus exigeantes.
La rubrique "Trouvez la bonne chaussure pour moi" peut également vous aider à sélectionner le bon modèle : LIEN DIRECT.

° Les vêtements : Courez avec des vêtements dans lesquels vous vous sentez à l’aise. Au départ pas vraiment besoin de choisir des vêtements très techniques. Ce qui est surtout important c’est que votre équipement soit adapté à la température extérieure et évitez de courir à midi en plein soleil. Ce qui veut donc bien dire qu’on ne court pas avec un pull en plein été pour transpirer plus ! (Je dis ça je dis rien.) 
Je vous ai fait une sélection des produits testés et validés avec lesquels je cours (certains sont en soldes) – Lien direct en cliquant sur les images produits :

Source: New feed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *