SURF MAMA : Surfer enceinte

Je commence cet article en remerciant le photographe Ben Potier qui a fait toutes les photos aquatiques que vous retrouverez dans cet article. Vous pouvez le contacter via Instagram si vous aussi vous souhaitez faire un shooting aquatique seul(e) ou avec des copains.

Je pensais vous faire cet article bien plus tôt mais finalement j’attendais d’avoir de jolies photos (pros) pour mettre en avant cette sensation si particulière de surfer enceinte. Aujourd’hui est une journée encore plus particulière puisque je viens de surfer deux fois ce matin avec des personnes qui me sont chères. J’ai toujours détesté surfer seule. A vrai dire, je crois que je ne vais jamais surfer seule même quand les conditions sont bonnes. Je n’y trouve pas de plaisir.

Photo réalisée avec un caisson étanche (non pro) et appareil photo compact SONY : LIEN DU PRODUIT ICI.

Je n’arrive pas à y croire. A moins d’un mois d’accoucher je suis encore sur ma planche à profiter de cette sensation qui m’apaise tellement, à profiter d’instants uniques avec les gens que j’aime.

Pour tout vous dire, les deux fois où nous avons décidé d’avoir un enfant j’ai un peu « programmé » l’arrêt de la pilule pour tenter de tomber enceinte au « bon moment » pour la saison de surf. Mais la nature décide de la suite des choses et si mon calcul était assez bien tombé pour Nathan qui est né fin mars ce n’est pas la même histoire pour bébé Junior (qui n’a toujours pas de prénom ! Mais il surfe donc il ne peut pas tout avoir ha ha ha).

Pour Nathan j’avais surfé jusqu’à 5 petits mois. Un jour je suis allée surfer avec mon chéri (je m’en souviens comme si c’était hier) et au moment de rentrer dans l’eau et de m’allonger sur ma planche je ne me suis pas sentie à l’aise ; La position allongée m’était assez inconfortable et je sentais le bébé bouger ; C’est alors assez naturellement que j’ai arrêté de surfer. C’était une première grossesse, je découvrais les sensations de grossesse petit à petit et je n’avais pas connaissance de filles qui avaient surfé enceinte. C’était la période où l’eau commençait à se refroidir (octobre) et où on allait devoir remettre les combinaisons intégrales. Je ne me souviens pas vraiment du sentiment que j’ai ressenti mais c’était assez naturel et je ne me pense pas avoir eu ressenti de sentiment de frustration. Je n’étais simplement pas prête à surfer enceinte et quelque soit la raison : Mon niveau, une sensation ou autre, j’avais estimé que je n’irais pas plus loin.

Lorsque j’ai appris ma seconde grossesse au mois de novembre dernier, j’étais tout d’abord trop heureuse puisque nous l’attendions vraiment ! Puis j’ai pris mes deux mains pour compter les mois et réaliser assez rapidement que je passerai probablement à côté d’une saison de surf. Ces quelques mots vous paraissent surement très égoïstes et c’est d’ailleurs le cas mais je vais vous parler sans filtre autour de cette grossesse et de la façon dont je vis les choses. Je suis bien évidement consciente que beaucoup de filles rêveraient d’être enceintes et d’avoir un enfant. Mais mon ressenti et mes émotions ne sont absolument pas à comparer à la souffrance de ces femmes. Je vous témoigne juste d’un sentiment, de ma grossesse et de la façon dont je vis les choses jour après jour en étant bien évidement consciente de la chance que j’ai.

Je m’explique : Malgré le fait que j’ai eu beaucoup de chance pour ces deux grossesses puisque je n’ai pas été malade et que je me porte plutôt bien, la sensation de grossesse n’est pas évidente pour moi (à la différence de ce que je laisse paraître et de ce que tout le monde pense. « Tu es rayonnante » est une phrase que j’entends tous les jours et qui me fait d’ailleurs très plaisir. Visiblement la grossesse me va très bien et je finis par le croire, l’intégrer et presque l’apprécier (à trois semaines du terme il était temps ! ). Je ne me sens pas vraiment à l’aise à l’idée de porter ce petit être dans moi. Les sensations que je ressens quand il bouge me perturbent. Je relativise toujours beaucoup en me disant que j’ai énormément de chance et que nous sommes tous les deux en bonne santé. Je reçois beaucoup de retours de votre part sur cette grossesse et chaque mot me touche et me rappelle à quel point j’ai de la chance mais rien n’est tout rose. J’ai des coups de mou, le soir je suis vraiment fatiguée et et j’ai beaucoup de mal à trouver une position où je suis confortable. Mon bébé me tape dans les côtes constamment ce qui fait que j’ai une réelle douleur assez constante à ce niveau (je croise les doigts pour qu’il ne me casse pas une côte d’ailleurs). En réalité je bouge beaucoup toute la journée car comme ça que je suis le mieux. Mon bébé se cale un peu plus bas dans mon ventre et je me sens mieux. Mais ça n’aide pas vraiment à se reposer. Heureusement que j’ai mon chéri qui prend le relais et qui m’aide beaucoup dans notre vie de famille. J’ai l’impression de passer à côté de moments avec Nathan. Je sens bien qu’il se rapproche beaucoup de son papa puisque moi je peux moins jouer avec lui puisque je suis fatiguée et en même temps je surfe. Quand je surfe je n’ai pas l’impression de devoir faire un effort physique, c’est naturel, ça me détend, je me sens bien, légère et apaisée de ces mauvaises sensations du quotidiens. J’ai l’impression de partager un moment vraiment fort avec mon bébé.

Je me sens parfois coupable de faire tant de choses toute la journée entre le travail, le blog, le surf et mes différentes activités et de lui dire le soir que je ne peux plus. Mais à chaque fois que j’ai essayé de rester à la maison pour me poser j’ai eu encore plus mal aux côtes toutes la journée et la fatigue mentale était encore plus dure à supporter que la fatigue physique.

Bref, je raconte mes petits bobos juste pour vous dire que ça n’est pas parce que vous me voyez surfer et profiter et faire plein de choses que j’ai une grossesse parfaite. Elle est effectivement parfaite d’un point de vue médicale ce qui est déjà extraordinaire et c’est aussi pour ça que je surfe encore !

Les bases étant fixées nous pouvons nous attarder sur le sujet de base, qui vous intéresse « Surfer enceinte » et répondre aux nombreuses questions que j’ai reçu via les réseaux sociaux.

Comme pour Nathan je ne me suis pas fixée de date ou de limite de temps pour surfer. J’essaie avant tout de m’écouter, d’écouter mon corps et bien entendu mon médecin ! Je tiens à insister sur ce point médical. Je ne suis pas médecin, je partage mon expérience et mon point de vue mais je ne dois en aucun cas être prise pour exemple ou vous inciter à aller surfer enceinte. C’est très important car chaque grossesse est vraiment très différente et que ça n’est pas avec cet article que je vais vous donner la clé pour surfer enceinte. Si vous avez le niveau et les compétences pour surfer enceinte (et que votre santé vous le permet) alors vous saurez trouver vos réponses toute seule en vous écoutant. Il est fortement déconseillé de surfer enceinte pendant le troisième trimestre, aucun médécin ou sage-femme vous dira de le faire donc ne comptez pas sur moi ! Je surfe en pleine conscience de ce que je fais et je vous en dis plus de suite afin de répondre à vos questions :

Même si je ne fais pas de figure incroyable et que je n’ai pas un niveau de pro, je surfe depuis des années et je connais bien mes limites. Il est évident que surfer enceinte peut représenter un danger tant pour vous que pour votre bébé. Je pourrais également me blesser en tombant de mon vélo en allant au marché le dimanche matin mais à ce moment-là personne ne porterait aucun jugement sur moi. Il est certain que la natation représente bien moins de dangers que de surfer ! Aujourd’hui le surf m’a permis d’apprécier ma grossesse et de vivre pleinement ce moment qui est tellement important avant d’accueillir notre petit second.


Questions réponses

Les deux questions les plus fréquentes sont :

1/ Tu n’as pas peur ?

NON ! Si j’avais peur, je ne surferais pas. Je surfe en pleine conscience de mon niveau, de ce que je fais et de la manière dont je le fais. Les choses ont beaucoup évolué en 9 mois. Je crois que j’ai « appris » à surfer enceinte. Personne ne m’a donné de conseils ou de bonne manière de faire ou de ne pas faire. D’abord j’analyse vraiment les conditions avant de me mettre à l’eau. Même si j’ai vraiment envie d’aller dans l’eau si j’analyse que c’est trop gros, qu’il y a du courant, trop de monde ou trop de débutants (etc) je ne vais pas à l’eau et c’est sans frustration. Si j’analyse les conditions comme bonnes pour moi alors je surfe autrement je passe mon tour (et encore une fois je ne vous donnerai pas de « bonnes conditions » car il n’en existe pas d’autres que celles que vous jugerez être les bonnes) ; Dans l’eau j’analyse le surf de chacun, j’essaie de me placer là où je me sens en sécurité pour prendre mes vagues et prendre du plaisir ! Ca paraît un peu technique et tactique comme ça sur le papier mais c’est très naturel. J’ai développé tout ça au fur et à mesure de ma grossesse et des sessions sans réfléchir mais vous m’avez un peu poussé à la réflexion en me posant tant de questions auxquelles je suis vraiment contente de pouvoir répondre.

2/ Comment fais-tu pour ramer ?

A 3 semaines de mon terme je rame encore principalement allongée car je trouve que ça n’est pas simple et pas vraiment confortable de ne ramer qu’à genoux ( pour l’équilibre et la vitesse d’action). J’y vais progressivement : Quand je rentre dans l’eau bébé a sa position que je jugerais « de base » dans mon ventre, assez haut et dans mes côtes. Je commence donc par ramer à genoux sur mon longboard (c’est un 9 pieds qui a été shapée pour moi par Josh Hall et Blend à la naissance de Nathan). Puis je rame quelques secondes allongée et petit à petit bébé se place différemment je crois. J’ai essayé d’analyser un peu mon ventre et ma position pour pouvoir répondre à vos questions parce que une fois de plus c’est assez naturel.

Aujourd’hui j’ai constaté que mon ventre était tout mou après cette phase d’adaptation alors que quand je ne surfe pas j’arrive toujours à sentir un pied (dans mes côtes) ou son dos. C’est fou la Nature !

As-tu des contractions après avoir surfé ?

Absolument pas ! Je n’ai eu aucune contraction depuis le début de ma grossesse. C’est aussi pourquoi je continue de surfer. Je ne mettrais jamais ma grossesse en danger. J’aime mon bébé et je l’attends avec impatience. Pour Nathan j’avais des contractions 3 semaines avant d’accoucher donc je sais bien ce que ça peut être.

Est-ce que bébé bouge quand tu surfes ?

Non. Je crois que je l’ai quasiment jamais senti bouger quand je surfe à part au Maroc quand j’étais enceinte de 4/5 mois mais je n’avais quasiment pas surfé de l’hiver avec ces conditions désastreuses et je crois qu’il découvrait simplement cette nouvelle sensation.

Est-ce que ta position est différente depuis que tu surfes enceinte ?

Toutes ces questions sont vraiment difficiles à répondre car mes réponses ne vous permettront pas de surfer enceinte. Encore une fois, je veux juste témoigner et non inciter. C’est important c’est pour cela que j’insiste !

Oui ma position est bien sur différente mais je ne sais pas en quel sens ou à quel point. Mon équilibre, ma position, ma cambrure, etc beaucoup de facteurs modifiables sont différents mais mon chéri me disait hier en regardant les photos que ma position de base (la position de mes bras entre autre) était la même.

J’ai moins de force dans les bras et moins de bras dans l’eau aussi et puis je pèse plus lourd aussi donc c’est forcément moins évident de prendre des vagues et de se lever. D’où l’importance d’être bien placée sur sa planche et sur la vague et de se lever assez rapidement pour profiter du premier élan de la vague.

Qu’elle est la taille maximum où tu vas surfer ?

Comme je vous l’ai dit sur l’analyse des conditions je n’ai pas de maximum. Je ne pensais surfer de « si grosses » vagues enceinte. (La semaine dernière je surfais 80 cm-1m) Pour moi le vrai danger c’est surtout les autres et la puissance des vagues. D’ailleurs je suis certaine que si je peux encore surfer c’est parce que nous sommes en plein été avec des vagues « d’été » c’est-à-dire beaucoup moins puissantes.

Est-ce que ton chéri est d’accord que tu surfes enceinte ?

Nous avons discuté du fait de surfer enceinte tout au long de ma grossesse. Il me connait autant que je me connais. Nous surfons très souvent ensemble. Il a confiance en moi et il sait à quel point surfer me fait du bien et me rend heureuse. Il me voit souvent en souffrance le soir à cause de ces douleurs dont je vous parlais et il est complètement impuissant face à ça. Je crois qu’il est fier et heureux pour moi, pour nous, pour notre bonheur à moi et au baby qui doit probablement recevoir une bonne dose d’hormones du bonheur.

Crédit photos Manon Valls Photography.

As-tu reçu des critiques à l’eau ?

Surfer enceinte est tellement particulier ! C’est clairement quelque chose qui est « exceptionnel » dans le sens où on voit très peu de femmes enceintes de plus de 7 mois surfer. Je sens bien que les gens me regardent beaucoup même si généralement je baisse la tête pour ne pas réaliser à 100% que tous les regards sont braqués sur moi et me poser trop de questions sur ce que pensent les gens à ce même moment. Dans l’eau c’est drôle car les filles me sourient et les garçons me questionnent ou bien me parlent de leur ressenti. Sincèrement ça n’est jamais négatif ! Je suis sûre que certaines personnes me trouvent inconsciente et je le comprends d’ailleurs mais je n’ai jamais eu de retour direct très négatif hormis ” il faut faire attention quand même ” . Je sens que le comportement des personnes autour de moi est vraiment adapté à mon état. Les gens m’encouragement à chaque vague et à chaque fois que je pars sur une vague je sens les regards et les sourires de tout le monde, c’est vraiment magique, unique !

Beaucoup d’hommes me demandent où j’en suis et me disent de faire attention. Les copains et copines font les gardes du corps assez naturellement sans s’en rendre compte. C’est drôle et gênant à la fois. C’est à moi de faire attention aux autres et pas l’inverse. Mais si on ne m’a jamais laissé passer devant à la caisse d’un super marché (d’ailleurs ça c’est vraiment dingue !) je peux vous dire qu’on m’a laissé la priorité sur un paquet de vagues juste pour me faire plaisir !

Que ressens-tu quand tu surfes enceinte ?

C’est une question à laquelle je suis incapable de répondre ! C’est vraiment indescriptible. Ce qui est sûr c’est que je me sens vraiment légère, libre et en total osmose avec moi-même et donc avec mon bébé. Je suis en pleine conscience que je surfe pour deux. Souvent je surfe le ventre en avant ou les bras en l’air. C’est naturel, je ne sais pas pourquoi. A force d’avoir autant de retours si positifs et en profitant autant de mon congé maternité, principalement grâce au surf et à tous vos retours si positifs, je commence tout juste à apprécier ma grossesse. J’ai hâte de voir mon petit second, de le rencontrer, de le serrer contre moi et surtout de le partager. Mais en même temps j’angoisse de repartir à l’eau sans lui. Cette phrase est tellement étrange. Mais c’est vraiment le sentiment du jour après avoir surfer toute la matinée avec les copains, dans de l’eau chaude avec des gens adorables et des petites vagues d’été !

Comment fais-tu pour te lever ?

Comme d’hab ! Un take-off basique avec un peu moins de classe et parfois un, voir deux genoux qui m’aident à me lever. Je crois que j’essaie de me lever le plus tôt possible pour profiter de l’élan de la vague mais aussi pour éviter de me retrouver en retard sur la vague. Globalement mes jambes me permettent de me lever de manière assez traditionnelle (je crois).

Après une session est-ce que tu es fatiguée ? Combien de temps restes-tu dans l’eau ?

Il y a deux mois je vous aurais dit que je surfe des sessions beaucoup plus courtes que quand je ne suis pas enceinte : Environ 30 minutes. Mais aujourd’hui ça n’est pas le cas. Certes je fatigue plus vite mais je vais plutôt prendre moins de vagues et profiter d’être dans l’eau et du moment présent. En maillot de bain, dans de l’eau chaude et avec des petites vagues je peux surfer une heure. Ce qui est par contre beaucoup plus dur c’est l’avant et l’après session : Porter sa planche (surtout parce que mon longboard est lourd), remonter la dune etc. Heureusement que j’ai des copains et un chéri qui m’aident ! Autant vous dire que j’ai rayé de ma liste le spot de la côte des basques à Biarritz et ses 250 marches ainsi que les spots de Seignosse où il faut beaucoup marcher.

Est-ce que tu as dit à ton médecin/sage-femme que tu surfais ?

Bien sûr ! Ma sage-femme est au courant que je surfe et elle ne cautionne pas. Elle a été claire sur le fait que surfer enceinte peut-être dangereux et qu’elle ne le conseille pas. A la différence de sports comme la natation ou du paddle qui sont beaucoup plus doux et peuvent faire également beaucoup de bien. Elle est aussi consciente que je surfe en toute conscience et que je suis prudente. Médicalement et aussi parce que j’ai de la visibilité via les réseaux elle ne peut pas m’encourager à continuer mais elle sourit de me voir surfer et prendre autant de plaisir à l’eau. Ma sage femme surfe et je peux vous dire que ça n’est pas la dernière à crier pour manifester son plaisir de femme (et non de médecin) de me voir surfer.

As-tu trouvé des combinaisons spéciales pour femme enceinte ?

J’ai surfé en combinaison intégrale 3’2 jusqu’à 6 mois de grossesse environ. Je rentrais alors encore dans mes combinaison Roxy et Ripcurl très flex. Aujourd’hui je surfe en maillot de bain une pièce que je surtaille et j’ai reçu une shorty/springsuit Billabong en néoprène en taille 10 que j’adore idéale pour les matinées un peu plus fraîches.

Je crois qu’après 4 mois à vous écrire cet article, une page se tourne. Je n’ai jamais été aussi mélancolique de terminer un article. Il est long je sais. Je ne sais pas si vous irez au bout mais pour celles et ceux peut-être qui sont arrivés jusque là vous pouvez me faire un petit retour sur Instagram, pour me dire ce que vous voulez. Est-ce que j’ai répondu à toutes vos questions ? Que pensez-vous de cet article ? Du sujet et du contenu global. Enfin exprimez-vous !

Merci encore pour tout et peut-être à bientôt dans l’eau pour ces derniers jours de surf en tandem …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *